Changer sans déranger?

Mis à jour : 26 mai 2019



Une personne qui décide de grandir, de changer, de se transformer, de se dédier à la pratique d'un sport, de revoir son alimentation ou ses habitudes de vie, ça secoue l'entourage.

Surtout parce que ça crée un fossé.

La personne qui change n'occupe plus la place qu'elle occupait dans l'écosystème, elle se distancie de ce qu'elle ne veut plus, et doit se battre pour poursuivre sa métamorphose malgré les éléments qui tentent de la ramener là où elle était.

La nature aime la stabilité. Les déséquilibres se trouvent toujours corrigés d'une manière ou d'une autre. Soit par un retour à l'état initial, soit par une adaptation.

L'animal qui se distancie de sa meute court un grand risque.

Sortir de la meute, ça signifie que les changements toucheront aussi les relations. Ça ne veut pas nécessairement dire qu'elles se briseront, mais elles se transformeront... Certaines s'affaibliront, et d'autres se renforceront. Sortir de la meute, ça demande de l'adaptation sur 360 degrés.

Peut-être que tu verras moins tes drinking buddies, peut-être que tu te feras de nouveaux amis de course, peut-être que ta mère insistera pour que tu prennes une deuxième portion, peut-être que ton chum trouvera que tu ne passes pas assez de temps avec lui, peut-être que tes amis te trouveront plate... peut-être que des liens seront cassés.

Tout autour de toi va se transformer... parce que tu vas avoir décidé de mettre ton masque d'oxygène en premier... et ça, c'est très difficile à faire sans se sentir coupable. Et pourtant...

Je m'arrête ici et vous laisse encore une fois sur cette citation de René Char (je ne m'en lasse pas!) :

« Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque. À te regarder, ils s'habitueront. »


Vous avez aimé cet article? Inscrivez-vous à mon infolettre dès maintenant et recevez mes articles personnellement tous les lundis matins!

#changement

© Sophie Lepage 2018

Photos haltérophilie : © Michael Abril