Les 5 stades du changement

Mis à jour : 26 mai 2019

Connaissez-vous le modèle transthéorique du changement? Il s'agit d'un modèle qui a été élaboré par deux psychologues (Prochaska et DiClemente), à la fin des années 1970, et qui visait les personnes vivant des dépendances.


Quand on y songe, tout changement d'habitude de vie se trouve freiné par une dépendance ou une autre. Souvent, pour ancrer une nouvelle habitude, il faut en laisser tomber d'autres, et c'est parce que ces autres habitudes sont difficiles à abandonner que la nouvelle a tant de mal à prendre sa place!


Selon le modèle de Prochaska et DiClemente, il y a cinq stades menant au changement: la précontemplation, la contemplation, la préparation, l'action et le maintien.


La précontemplation


C'est le stade où l'on ne souhaite pas de changement. Nos habitudes actuelles nous apportent un certain bien-être ou du plaisir, et nous n'avons pas envie que les choses changent. À la limite, nous ne sommes même pas conscients qu'un changement serait bénéfique.


La contemplation


C'est le stade où l'on pèse le pour et le contre. Nous savons qu'un changement serait bienvenu, mais nous hésitons à laisser tomber les habitudes actuelles.


La préparation


À ce stade, on envisage le changement et on établit un plan. Il arrive souvent, toutefois, que le stade de l'action soit retardé par un retour à la précontemplation. Plusieurs cycles précontemplation-contemplation-préparation peuvent effectivement se produire avant que nous soyons en mesure de passer à l'action.


L'action


C'est l'étape où le plan est mis en application. Cependant, les difficultés sont nombreuses et nous avons besoin d'appui et d'encouragement. C'est le stade où notre changement ébranle notre entourage, et il arrive souvent que l'on se sente incompris et seul.


Le maintien


C'est l'étape où le changement est bien ancré. Cependant, les rechutes sont possibles. Avec le temps, nous apprenons à résister aux tentations qui se présentent. La nouvelle habitude devient la norme.


***


Ce qui suit est tiré de mon expérience personnelle, mais je suis certaine que vous avez tous connu ce genre de moment.


Le déclic


Il arrive un moment, on ne sait ni où ni quand, il nous prend par surprise. On l'attend, on le cherche, il n'arrive pas.


Puis un jour, tout devient clair. On a trouvé la dernière pièce du puzzle. La décision devient limpide. C'est un point de non-retour. Impossible de nier le changement qui s'impose sans se nier soi-même.


On peut tourner en rond bien longtemps avant d'en arriver là, mais si on s'obstine à tourner en rond, le déclic va surgir. Simplement, on ne décide pas quand.




Vous avez aimé cet article? Inscrivez-vous à mon infolettre dès maintenant et recevez mes articles personnellement tous les lundis matins!





© Sophie Lepage 2018

Photos haltérophilie : © Michael Abril